Que faut-il pour faire du compostage ?

Le développement des plantes et cultures dépend de nombreux éléments tels que l’eau et surtout les nutriments. La fertilité d’un sol dépend de sa richesse en éléments nutritifs nécessaires pour la croissance des cultures. Lorsque le sol est infertile, certains cultivateurs ont recours à des solutions naturelles telles que le compostage, au lieu des engrais chimiques. Le compostage est une méthode qui permet d’obtenir du compost riche en éléments nutritifs nécessaires à la fertilisation du sol. L’utilisation du compost permet aux cultivateurs de se rapprocher d’une agriculture biologique. De quoi a-t-on besoin pour faire du compostage ?

Que signifie le compost et comment l’obtient-on ?

Selon le dictionnaire français, le compost est un ‘‘mélange de matières organiques que l’on rassemble en silo, en tas ou dans un fût à composter afin qu’elles subissent une décomposition aérobique pour former un humus stable de bonne qualité qui servira ensuite comme amendement ou couverture de sol’’. Autrement dit, c’est le recyclage des déchets organiques de notre environnement ; et ce, dans un milieu aéré. Cela permet d’obtenir un tas de matières organiques. Cette matière organique obtenue, semblable à de l’humus, permet de fertiliser, de nourrir et de fortifier les cultures.

Le compost constitue des engrais naturels inodores très efficaces pour l’amélioration de la croissance de n’importe quelle culture. Cela peut s’obtenir de plusieurs manières. On peut utiliser un composteur, un lombricomposteur ou faire un tas de compost. Le composteur et le lombricomposteur sont des bacs qui peuvent être en bois ou en plastique. Ces types de composteurs sont pratiques et adaptés pour le compostage en ville. Aussi, ils permettent de protéger le compost des intempéries, des insectes et aussi des oiseaux. Ils sont également discrets.

Le tas de compost se réalise en vrac. Moins discret que le composteur, il nécessite un grand espace. Cette manière de composter n’offre pas de la protection à l’humus. Le compost est exposé aux attaques d’insectes, de volailles, d’animaux ainsi qu’aux intempéries.

Quels sont les déchets organiques à utiliser ?

Il existe de nombreux déchets organiques mais tous ne sont pas compostables. Le compostage est une forme de dégradation naturelle en milieu aérobique. Il  est donc important d’utiliser les déchets organiques appropriés. En voici ceux qui sont recommandés :

  • les déchets provenant de la cuisine : certaines épluchures (bananes, pommes…), le pain, certains fruits et légumes, coquilles d’œuf, restes de repas…
  • les déchets organiques de la maison : mouchoirs en papier, cendre de bois, papiers de journaux, sachets de thé, tisane…
  • les déchets organiques du jardin : végétaux (herbes, tontes de gazon, paille, fleurs).

Il est important de s’assurer que ces déchets n’ont pas subi des traitements chimiques. L’ajout de la cendre de bois est conseillé comme anti-limace ou fertilisant. Cependant, les déchets organiques non compostables sont :

  • les mauvaises herbes ayant des graines, au risque que ces dernières se développent en puisant dans le compost
  • les déchets contenant des produits chimiques
  • les plantes malades ou pourries
  • les litières, les excréments, l’huile de friture
  • les coquilles d’huitres, les viandes, les os, les poissons.

Comment obtenir un compost de bonne qualité ?

Il est important de respecter les conseils suivants pour obtenir un compost de bonne qualité :

  • rassembler puis mélanger correctement les déchets organiques afin de faciliter la dégradation
  • aérer correctement et régulièrement les déchets car l’oxygène est primordial pour les micro-organismes décompositeurs
  • humidifier correctement sans exagérer le compost car, l’eau est également vitale pour ces micro-organismes.

Quels sont les avantages du compostage ?

Le compostage permet de recycler une bonne partie des déchets organiques domestiques. Cela permet d’obtenir de la matière organique (engrais vert) riche en éléments nutritifs nécessaires pour la croissance des cultures. Le compost obtenu permet aussi d’amender un sol infertile à moindre coût. Le compostage se rapproche davantage d’une agriculture biologique, très vulgarisée de nos jours.