Attention aux fongicides pour le traitement du bois

Le bois étant un matériau d’origine biologique, certaines essences sont susceptibles d’être dégradées dans le temps par les insectes ou les champignons lignivores. Aussi, vouloir assurer sa pérennité est légitime mais attention, cela ne doit pas se faire à n’importe quel prix.

Des substances chimiques à ne pas prendre à la légère

Les produits insecticides et fongicides sont des produits biocides qui sont, par définition, considérés  dangereux pour l’environnement mais aussi pour la santé des utilisateurs. C’est pourquoi ils doivent être employés avec parcimonie et avec la plus grande précaution.

Dans quels cas les utiliser

En prévention, seul les bois dont la durabilité naturelle n’est pas suffisante pour l’emploi envisagé (notion de classe d’emploi ou classe de risque) pourront faire l’objet d’un traitement insecticide et/ou fongicide. En curatif, les bois présentant exclusivement des symptômes d’attaques (présence de trou d’envol d’insectes, cellulose et/ou lignine dégradées, ..) seront traités.

Connaître les limites de leur efficacité

La décision d’utiliser de tels produits est d’autant plus discutable que l’efficacité des biocides appliqués par badigeonnage est toute relative, et ce essentiellement pour 2 raisons, à savoir :

  • Pour être efficace, un biocide doit pénétrer en profondeur dans le bois pour protéger dans la masse. Or, un badigeonnage manuel ne permet pas d’atteindre les taux de rétention de produit requis pour garantir au bois une protection efficace,
  • Les biocides sont des produits formulés en phase aqueuse ce qui les rend lessivable par l’eau de pluie dès lors que les bois sont exposés aux intempéries. Pour que leur efficacité soit durable dans le temps, il est donc nécessaire d’appliquer un produit de protection hydrophobe qui permettra d’éviter que les substances actives soient délavées au fil du temps.

Les alternatives à privilégier

Il est préférable de choisir des bois à bonne durabilité naturelle ou à défaut des bois ayant fait l’objet d’un traitement chimique en usine. On citera notamment les bois autoclavés pour lesquels un cocktail insecticide et fongicide est imprégné en profondeur par vide-pression. En condition d‘utilisation, ces bois ne présentent pas de danger puisque le chrome présent dans le cocktail injecté permet de fixer le cuivre (insecticide) et le bore (fongicide) au bois, évitant alors le lessivage de ces molécules. Les bois autoclavés peuvent toutefois être sujets à caution : utilisés massivement, ils posent le problème de la dissémination dans l’environnement et quid de leur devenir en fin de vie (aucune filière de retraitement n’existe à ce jour) ?
Dans le cas où vous utiliserez un bois autoclavé, il convient d’utiliser une solution de traitement naturelle comme celle-ci.

Le bon réflexe

Pour les bois déjà mis en œuvre et pour lesquels l’attaque par des insectes ou des champignons est réellement avérée, la meilleure solution est de se rapprocher d’un professionnel et de lui confier l’ensemble des opérations. Il sera le plus à même de faire un diagnostic précis de l’état de l’ouvrage et d’y apporter les solutions adéquates, que ce soit en terme de produit adapté ou de mode d’application nécessaire (badigeonnage, pulvérisation, injection, …).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *